Au Fil de l’Eau – Le Verdon – Jour 4

Au Fil de l’Eau – Le Verdon – Jour 4

voir les photos

Comme prévu… ou presque !!

La nuit dans ma douche désaffectée s’est pas ci mal passée que ça. Sauf que si dans la tente on est à l’étroit, le matin on est au chaud. Alors que la  😱😱😱  ça caille !!! Pas possible de s’habiller dans le duvet, pas le choix, faut sortir…comment dire…je vous laisse imaginer..
9h départ…(je vous l’ai dit le matin, j’aime prendre mon temps !!😀😀)

Me voilà partir de Cheiron. J’avais avancé de quelques kilomètres hier soir, direction La Colle.

J’emprunte la route sur quelques kilomètres, qui me font longer une partie du lac de Castillon, très bas.
Bifurcation, je retrouve mon chemin.. Je quitte les bords du lac qui ne me laissera pas un souvenir merveilleux. Rocheux, caillouteux, bref j’ai pas adoré. Après il faut dire que le temps très couvert ne met pas véritablement en valeur le site.
Je quitte donc les bords du lac par un magnifique petit sentier dans les bois. De la mousse partout, on peut entendre quelques oiseaux et j’ai le barrage juste dans mon dos. Je regrette de ne pas avoir pu faire de photo du plus grand cadran solaire de France (non du monde!!) Mais je n’ai jamais eu un bon angle dégagé..
La brume matinale qui restera jusqu’à bien 11h m’accompagne. Il fait pas chaud du coup, mais c’est beau.

Vers 11h30, je me trouve un petit ruisseau qui pour la première fois depuis 2 jours va me permettre de me laver.
L’eau est tellement froide qu’elle me cercle la tête !! Mais c’est tellement agréable que ce n’est pas grave..
Je fais le tour du reste du propriétaire et me voilà reparti direction Castellane…

J’arrive à la ville… Comme d’habitude, les gens te regardent comme un ovni. Je ne sais pas si c’est la tête du bonhomme, le gros sac (ça ne peut plus être l’odeur, j’ai tout lavé) ou peut être les 2 lol
Quoi qu’il en soit, il faut que je traverse la ville pour continuer ma route, donc allons-y gaiement. Une photo de l’église et de l’office du tourisme et on file…

12h45, l’heure de ma pause repas. J’avais prévu de passer pas loin de l’hôtel des allongés, certains d’y trouver de l’eau. Gagné.
Je me pose et prépare mon plat de riz…

Le ciel se charge, déjà, c’est pourtant tôt !! Mais bon.. du coup, allé, faut repartir. 13h30 c’est bon…direction La Colle.

14h30 j’y suis 😱😱😱 pas possible de m’arrêter maintenant, d’autant que pour s’abriter il n’y a pas grand chose. Du coup, comme d’habitude, j’avance… on verra bien.. et puis on verra quoi… ben rien… Il n’y à strictement rien. Une maison attire cependant mon attention de par sa décoration extérieure. Une photo et je continue.
La pluie commence à tomber, tranquillement, et aucun abri en vue…je me suis fait avoir !!

Allez rebelote, je bâche le sac et le bonhomme et en avant…
Je suis mon itinéraire, emprunte une petite route. Pas un abri en vue. Rien sur la carte non plus. Pas le choix, il faut marcher.

Donc je marche, je marche, je marche… bon je suis venu pour ça à la base remarque. Je suis dans le vif du sujet.

Je vois au loin de la fumée… chouette je vais pouvoir m’abriter un peu…je m’avance et tombe sur une dame qui me dit « ho non, nous ici, on a rien pour se mettre a l’abri… avancez plus loin, il y a la chapelle St Jean ».
Très bien, merci Madame

La chapelle St Jean, déjà?? J’avais prévu d’y passer mais que demain !!! J’avance et tombe sur un panneau et en effet… chapelle St Jean, 1h.
1h a marcher sous la pluie !! Pas mon délire, mais bon, je suis déjà trempé, alors allé, on tente, on verra bien.
Pour vu que la chapelle soit ouverte surtout !!
Je boucle l’heure en 35 minutes.. je sais pas qui calcule les durées, mais bon, ils doivent faire l’apéro en route !!!

Bref, me voilà à la chapelle et elle est ouverte !!! C’est top. Je vais pouvoir me sécher et dormir a l’abri 😀😀😀

La vue est magnifique une fois de plus. Je profite des accalmies pour faire le tour du propriétaire. Mais j’ai froid et même en m’étant changé et habillé, je tremble. La nuit risque d’être longue si je n’arrive pas à me réchauffer.
Je rentre dans la chapelle pensant que j’y serait mieux, mais au final, je n’ai pas l’impression que cela change vraiment grand chose. J’ai froid.

Je m’assois sur un des bancs et repense comme tous les jours à ma journée. Seulement voilà !!! J’ai la nuit pour y réfléchir, mais je suis bien embêté !!!
Sur le dernier panneau, Rougon n’est à peine qu’à 11kms…et c’est la que j’ai prévu de dormir demain !! Ce qui veut dire que demain, en un peu plus de 2h, j’y suis 😱😱😱 et je fais quoi le reste du temps ??? Je vais aux champignons ??? Marcel Lions tu me rejoins ??
Non sérieusement…

Alors j’ai 2 solutions..

La première, je fais plus de kilomètres demain pour arriver jusqu’à Rougon, en prenant des chemins détournés. – il s’avère que c’est ce que j’avais tracé comme itinéraire, mais le froid et l’humidité et surement un peu la fatigue ne m’avait pas permis de m’en rendre compte sur le moment.

La seconde, arrivé à Rougon, je me lance directement sur le sentier Martel.
Seulement voilà, impossible pour moi de faire Martel, l’Imbut et le Vidal avec les 11kms de plus. Surtout qu’il est annoncé pluie et orages apparemment… je ne veux pas me retrouver coincé dans les gorges par trop mauvais temps!!

Du coup, plutôt que de tout faire d’un coup, je fais le Martel et je monte jusqu’à La Maline pour la nuit et je redescends samedi pour finir l’imbut et le Vidal, quitte à pousser jusqu’au col d’Illoire comme c’était prévu au départ..
Donc je sais pas. Je suis face à un petit dilemme, et la météo pas très sympathique ne me donne pas non plus très envie de faire n’importe quoi !!

Enfin, voilà où j’en suis.. il est maintenant 16h40, je vais préparer ma chambre et voir venir !!!

Un gros sac accroché au mur contient une couverture pour se protéger du froid – je ne dois pas être le seul à m’être retrouvé dans cette situation – mais bon, normalement j’ai tout ce qu’il me faut. Le sac restera au mur.
Je pousse les 4 bancs contre un mur, regarde rapidement où le sol est le plus plat – bon la chapelle ne fait pas non plus 40m2, c’est vite fait – et défini le lieu de nuitée.
Il doit être à peine 17h passé… qu’est ce que je vais pouvoir faire pour faire passer le temps??? Je reprends mon livre et lis quelques pages, mais toujours cette humidité et ce froid qui me colle à la peau. Je tremble toujours.

Heureusement qu’il y a un peu de réseau. j’envoie mon post de la journée et répond aux commentaires. Merci la technologie 😉

Je vais préparer mon repas. Manger chaud devrait me faire du bien, peut importe le menu, aujourd’hui tout sera bon je pense.

Une fois fait, la nuit commence à bien s’être installée. Je vais me rouler dans mon duvet, je devrais enfin être au chaud.
J’ai du mal à réchauffer les pieds, mais sinon pour le reste, ça va mieux. La nuit devrait finalement ne pas être mauvaise.

Je ne sais plus l’heure, mais dans la nuit, l’oreiller s’étant complètement dégonfler, le mal au cou me réveille. J’envoie la main pour le remettre en place sous ma tête, mais je ne le trouve pas. Pas étonnant, il était aussi plat qu’une crêpe… Mais un autre problème se fait sentir… Tout est mouillé autour de moi !!!
Le haut du duvet, mouillé, le duvet au milieu mouillé et au niveau des pieds mouillé aussi !! Mais qu’est ce qu’il se passe ???
Je touche le sol autour de moi, tout est mouillé aussi !!
La pluie? Le plafond n’est pas étanche? non, il ne pleut pas !! Mais alors qu’est ce qu’il se passe ?? Comment je vais faire? Et la, au milieu de la nuit, tout se chamboule dans ma tête… le matériel va être foutu, s’il pleut demain, je n’arriverais jamais à tout faire sécher, donc demain je vais me recoucher dans des affaires mouillées (je ne pensais pas si bien dire) bref, c’est la cata !!
Finalement, je prends sur moi. Touche l’intérieur de mon duvet et il est sec. Je me met donc en boule et je ne sais pas comment, j’arrive à me rendormir.

A demain tout le monde !!!

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *