Au Fil de l’Eau – Le Verdon – Jour 6

Au Fil de l’Eau – Le Verdon – Jour 6

voir les photos

Enfin une journée conforme !!

Grâce à Magali et à Philippe (propriétaires de l’Auberge du point sublime à Rougon), une nuit qui devait être catastrophique aura finalement été une soirée et une nuit au top !!
De plus, je me suis enfin penché sur les choix à prendre pour cette nouvelle journée. Je vais tenir compte de ce que tout le monde me conseille et réviser mon itinéraire. Les mots de Sébastien restent encore dans ma tête, à quoi bon vouloir jouer et prendre des risques…
Du coup aujourd’hui, je me lancerai dans le sentier Martel et je sortirai au chalet de la Maline.
Je me résigne donc, le cœur serré à renoncer à faire le sentier de l’Imbut et le sentier Vidal… Je suis déçu, mais c’est ainsi.
J’envoie un message à Marion qui doit me rejoindre ce soir, pour l’informer des changements.

Philippe vient me chercher pour déjeuner. Pas la peine de prévoir de manger ma poudre lol pain, confiture, café !!! 😍😍😍

Magali se joint à nous et nous commençons à discuter. Faisant parti active du parc du Verdon, je peux échanger avec elle sur mes propos, mais bon là n’est pas la question..
Nous sommes tellement bien a discuter que l’heure tourne, 9h30…il faut y aller !!!
Mais comme mon parcours a été raccourci, l’heure n’est pas un soucis, et échanger avec des personnes est toujours un plaisir !!

9h45, départ du point sublime, 10h00 départ du Martel…c’est parti !!

Le rythme est bon, mais rincé – par la pluie –  les jours précédents, je me dis qu’il faut que je sorte des gorges le plus tôt possible. Monter La Maline sous la pluie, j’aime autant éviter…
Ça sera donc une journée avec barre dixit Daniel Hue mais la pause repas n’est pas au programme…
J’alterne entre barre de chez MX3 et des barres du commerce que Marion m’avait apporté au précédent ravitaillement et finalement ça passe bien. Il faut dire aussi qu’avec le petit déjeuné que j’ai pris, ça me change des sachets en poudre habituels…

Il fait beau, j’en profite car je reste malgré tout sur mon arrivée d’hier trempé, fais des photos et je me dis que finalement mon itinéraire de base aurait pu être réalisable. Mais bon, plus la peine d’y penser, il n’y a pas de réseau donc impossible de prévenir Marion d’un nouveau changement. Je vais devoir accepter mes choix.
Les nuages jouent à cache cache malgré tout. L’idée que le temps puisse tourner ne me quitte pas.

Au détour d’un virage, sur une restanque, un magnifique vautour est posé. Mais le temps que je prenne mon téléphone, le déverrouille, lance l’appli photo, il a prit son envol…
Cela restera peut-être la seule belle image que je garderai de fait pour moi !!

Je croise quelques traileurs. Je me dis qu’ils sont fous de courir ici. Mais je rigole seul en me disant qu’ils doivent se dire la même chose de moi mdr

Arrivé devant la brèche Imbert, faut se lancer… ça va piquer les cuisses… A vu de nez il y a au moins 800 marches (pour moi oui, il y en a autant lol )
Je prends une nouvelle barre – ça sera peut être ma dernière lol – et en avant !!
J’ai le vertige, je me concentre. Un pied après l’autre, une marche après l’autre. Mon corps veut monter mais mon sac avec ses 20 kilos veut me faire descendre. Il faut que je me batte contre moi même. Ne pas se retourner, surtout ne pas se retourner. Mince, l’escalier tourne, je vais être face au vide, punaise !!
Le passage se resserre, le sac frotte. Je force. Ca ne passe pas. Il faut que je m’aplatisse presque au sol. Impensable pour moi, au milieu de l’escalier de me mettre à tout descendre de mon dos. Ça y est, ça y reste.
Je m’aplatis, ça fini par passer. Je monte encore.

Je monte, je monte, je monte…

Je regarde vers le haut, j’y suis presque. Une tête dépasse. Il y a des gens en haut. Pour vu qu’ils m’aient vu et qu’ils ne décident pas d’entamer leur descente maintenant. Impossible de se croiser et je n’ai pas vraiment l’intention de mettre sur le côté ou de faire demi tour !!!
Finalement il resteront en haut le temps que je m’en sorte !!

J’ai eu du mal, avec moi même surtout, mais une fois arrivé en haut, je suis content. Ça mérite bien un selphy et avec le sourire s’il vous plait !!
A y être, je monte jusqu’au belvédère au dessus, photo souvenir !!

Je fais un détour imprévu par la Mescla. Vu que je sors à La Maline, je peux me le permettre… J’en profite pour tremper les pieds dans l’eau, remplir mon Camelback et c’est reparti.
Arrivé au pied de la montée pour le chalet, je suis bien en avance, mais bon va falloir monter tout ça…aller go…une barre et c’est parti.

45 minutes plus tard et 280m de D+ plus tard, j’y suis !!! Je suis au chalet.
Seul problème, au milieu de la montée il me prend une douleur dans l’arrière du genou. Qu’est ce qu’il se passe?? Je n’ai jamais eu mal au genou depuis mon départ !!
Mais bon, les marches sont hautes et irrégulières. Le sac est lourd, je suis passé à 21,5kgs car j’ai fait le plein d’eau. J’ai malgré tout quelques jours de marche derrière moi.
Ca tire. On dirait qu’on me plante une pointe dans le tendon. J’ai du mal à me soulever. Du coup, je force quasiment plus qu’avec ma jambe gauche. Je regarde et je ne suis pas encore arrivé.
J’ai déjà fait cette montée et je sais que ce n’est pas parce qu’on voit le chalet qu’on y est. Il va encore falloir marcher.
Chaque pas devient compliqué. Mais je n’ai pas le choix. Il faut sortir de la !!

Arrivée au chalet de la Maline, je me pose 5 minutes sur une chaise. Pas de douleurs particulières, mon genou ne me fais pas mal. Je ne comprends pas. Mais bon, tant mieux!!

Il est environ 15h…qu’est ce que je fais. Je reste la à attendre Marion ?? Je sais pas combien de temps ça va durer…j’ai pas envi.
Du coup, je fais comme j’ai toujours fait jusqu’à maintenant…j’avance… direction La Palud…
Marion me croisera bien en montant…

Finalement la faim me travaille. Je me pose et me fais mon petit repas, il est 15h30…pâtes carbo !!!
Et je repars.
Je passe devant tous les belvédères de la route. Pour une fois, j’ai le temps de m’arrêter, de regarder. Je regarde le fond des gorges avec je le sais, tout en bas, l’Imbut.
Je jette un coup d’oeil sur la carte, le Vidal est quasiment en face.
Je les laisse derrière moi.
Ce qui me reconforte un peu – on prend ce qui vient dans ces moments là – c’est que niveau compteur, je ne devrais pas être trop à l’ouest finalement.
J’aurai fait mon dénivelé pour monter au chalet, et les kilomètres en allant jusqu’à La Palud. Mais bon… c’est pas pareil…

Après une bonne partie de route, le village de La Palud apparait. Je suis presque arrivé.
J’arrive à la route venant de Moustiers, j’y suis. Il faut que je me pose et boive. J’ai soif.
Je me pose au niveau du lavoir, bois, envoie mes messages – le reseau est revenu – et me détends, Marion me retrouve !!😁😁
On prend la voiture direction le col d’illoire d’où nous partirons demain matin pour Bauduen…

Arrivée au col, il fait encore jour. Je prépare l’hôtel, Marion l’apéro mdr
Finalement la journée se sera passée qu’avec du beau temps. Ca fait du bien !!
Ce soir c’est donc nuit sous tente… avec beau temps 😁😁😁

Au fait, du coup, j’ai perdu le fil, mais je ne dois pas être loin des 130 kms maintenant !!??

Encore 4 jours et demi !!!!

46 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *