Au Fil de l’Eau – Le Verdon – Jour 8

Au Fil de l’Eau – Le Verdon – Jour 8

voir les photos

Une bonne journée… biennnn remplie !!!

Hier soir, lors de mon repas avec Marion, pari est prit avec moi même (au moins je ne risque pas grand chose) mais demain soir, je dors à la chapelle Ste Maxime, au bout des basses gorges !!!
Et mardi, compte tenu de la météo annoncée, je ne bougerai pas. Je resterai à la chapelle toute la journée. J’en profiterai pour reposer mon genoux.

Voilà donc une nouvelle journée qui commence.

Réveil a 7h, debout 7h10…si si vous ne rêvez pas, 7h10 debout !! C’est la première fois que je vois un lever de soleil d’ailleurs !!
Je mange, plis les affaires, range le sac et hop, 8h15 me voilà parti…
Si je me fais une journée barres, à 16h30/17h je peux y être… En avant !!

Je quitte donc Bauduen en pleine forme, je reste un bon moment sur la route mais bon, il n’y pas le choix. Il faut que je contourne tout le tour du lac pour me retrouver en face.
Je ne sais pas bien quelle température il fait, mais ma montre affiche un petit 8°.
Je croise un agent du village qui me dit que ce matin, il faisait 0° à 6h… ça remonte le moral, ‘étais bien au chaud dans mon duvet !!

Je marche plutôt bien. Je me surprends malgré mon sac chargé à marcher à près de 6km/h. Je ne fais pas de course, mais parfois, on passe le temps comme on peut… alors on se tire la course avec soi-même lol – j’en arrive à comprendre qu’on puisse parler à un ballon, seul sur une île déserte mdr.

Le temps est au beau. La météo ne s’était pas trompée. C’est bon pour mes affaires, je n’aurais déjà pas à me stresser pour ça. J’avance.

J’arrive au pont qui permet de passer sur le Verdon, au niveau du barrage. Je fais une pause. Et regarde autour de moi.
J’ai le lac devant moi, les montagnes en fond qui délimitent l’espace des gorges où j’étais la veille. Et si je laisse travailler un peu mon imagination, je peux encore voir au loin les sommets enneigés que j’ai traversé il y à quelques jours maintenant. J’essaie de conserver un maximum ces images sur ma rétine.
Je remet mon sac et me retourne. Le lac est derrière moi. Direction Baudinard.

Je suis toujours sur la route. Pas le choix. Mais comme jusqu’à maintenant, cela ne me dérange pas plus que ça. je me retourne de temps en temps pour voir disparaitre au gré des kilomètres le lac.
J’ai une vue directe sur les installation EDF qui travaille sur le barrage. C’est marrant, depuis près de 14 ans que je passe par içi, je n’avais pas encore vue ce côté du barrage.

Quand j’arrive au village, sur un départ de rando familiale, une dame me regarde et me dit « c’est vous qui faites cette rando le long du Verdon ? J’ai vu ça sur fb !!!  »
Pas possible 😱😱  Pendant 2 secondes appelez moi Will Smith !! 😂😂
Allez trêve de plaisanterie, les 2 secondes sont passées… On échange quelques mots et je repars.. il y a encore du chemin.
L’objectif de la demi journée est du coup Montpezat, où j’aurai du dormir ce soir.

Mais pour y arriver, c’est un vrai parcours du combattant !!!
Je quitte la route goudronnée pour prendre enfin un chemin, puis je tombe  d’abord sur un panneau indiquant Montpezat 7kms.  Ok
Puis j’avance et je retombe sur un panneau indiquant Montpezat 7kms !! C’est pas possible, j’ai pas tourné en rond pourtant !!! 😱😱
Je continue, à nouveau un panneau 3,5kms. Bon ça avance !!! Puis au bout de quelques kilomètres, Montpezat 4kms…
Non mais sérieux !??? C’est compliqué de mettre des panneau dans le bon ordre ?? 😔😔
Vous commencez à me connaitre au bout de 8 jours… je râle tout ce que je sais !!
Il est vrai que les indications sur les panneaux n’ont pas vraiment d’intérêts. Quoi qu’il en soit il faut avancer, mais psychologiquement, quand tu penses avoir fait du chemin et qu’on t’indique que non, ben perso… je donne mon avis mdr (dixit mon super t-shirt 😉 )

Heureusement, la vue est belle. C’est la première fois que je passe par la. Ça me fait drôle.
J’aperçois au loin le village de Montpezat, mais je sais qu’entre la vue et la distance, il y a une différence – et je ne dis pas ça parce que je suis miro !!!
J’arrive finalement sur les hauteurs du lac de Montpezat – et pas celui de Quinson (Marcel si tu me lis 😉 ) – J’y suis presque.
Encore quelques kilomètres et j’arrive sur un pont. Il faut que je traverse pour longer un camping immense !! C’est fou comme c’est grand quand il faut faire tout le tour…

J’y arrive finalement vers 14h. J’ai faim. Ça ne sera pas une journée barres…
Je me pose, fais chauffer mon eau pour mon sachet et pendant cela, j’en profite pour filtrer mon eau… Marion m’avait laissé une bouteille hier soir et je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas jeté, mais bien m’en a prit car ce soir à la chapelle, pas une goutte d’eau a l’horizon… Et il me faudra tenir la soirée, la journée de demain et aussi la matinée de mercredi !! Tout ça avec 3.5L
Je rempli donc ma bouteille d’1,5L et mon Camelback de 2L d’eau propre…
Je repars après manger, chargé comme d’habitude !! ☹️☹️

15h me voilà reparti. Il me reste près de 15kms, ça devrait rentrer comme prévu dans la journée !!

Je quitte le lac de Montpezat pour arriver à celui d’Esparon. Pans grand chose a voir… mais le sentier emprunté est vraiment sympa !!! Et ça me rappelle la rando faite avec Marion sur 4 jours, toujours en autonomie, il y a quelques années. C’est top.

Je continue ma trace, direction Quinson. J’ai encore toutes les basses gorges qui m’attendent !!! C’est pas rien…

Le sentier surplombe magnifiquement le Verdon. Je ne peux pas rêver mieux. Je m’engage dans un tout petit sentier où seul les chasseurs doivent passer. Je jette des coup d’oeil sur ma carte pour être sur de ne pas me tromper car franchement par moment, je ne suis pas sur de mon coup.
Je fini par sortir dans un camping désaffecté. Dommage, j’aurai bien fais une pause, mais bon du coup aucun intérêt. Je continue.

J’arrive sur les hauteurs de Quinson. Des panneaux expliquant comment était la vallée à l’époque sont présentés. C’est très intéressant.
Pour continuer, il faut emprunter un sentier assez raide, le sentier préhistorique, qui descend dans la roche. Pas le choix. Le sac frotte un peu à certains moments…
J’arrive enfin en bas du sentier – j’ai préféré le descendre ceci dit… – et me dirige vers le village préhistorique que je traverse. Avec ma barbe d’une semaine et mon odeur – et oui elle est toujours la celle la – je me sens comme à la maison… mdr  Les visiteurs doivent me prendre pour un comédien faisant une reconstitution …

Je longe le lac qui, ma foi n’a pas un grand intérêt visuel, mais ça ne reste que mon avis. Passe devant je ne sais combien de panneau interdisant presque tout… Boire, se baigner, nager et même interdisant de se noyer, c’est pour dire !!! mdr
Main gauche le lac, main droite des campings… je me sens plus vraiment à ma place… vite que j’entame les basses gorges !!
17h je suis au bar au début des basses gorges. J’ai presque plus d’eau dans mon Camel, je vais demander s’il est possible de me remplir… on sait jamais.
La serveuse accepte de me donner de l’eau, du coup, j’y commande une pression… ça pourra pas me faire de mal 😁😁😁
Je l’a descend vitesse grand V et je repars.
J’ai préféré sortir du bar pour la boire. J’avais peur de faire sortir tous les clients  😁😁

Me voilà parti pour les basses gorges. Il est déjà 17h15. C’est pas grave. Si jamais j’arrive pas à bon port, je sais qu’en chemin il y a la cabane du garde du canal. Je pourrais toujours y passer la nuit.

Ça monte …et ça descend … Ça monte …et ça descend. Incroyable !!!
Mon genoux me fait un mal de chien à chaque marche, mais bon… je suis plus près de l’arrivée que du départ alors, faut y aller…
Je longe le Verdon en suivant l’ancien canal qui permettait d’approvisionner en eau à l’époque la ville de Marseille et d’Aix en Provence je crois.
Il y a bien longtemps que l’eau ne coule plus sous les ponts, mais le chemin suit voir même emprunte carrément le mur du canal. C’est vraiment beau.

J’arrive comme prévu à la cabane du garde. Mais ça va. Il fait encore bien jour, je ne suis pas encore trop fatigué, à part ce foutu genoux, mais bon ça va… je continue.

Seulement voilà !!! Je marche dans le canal… et le passage juste après la cabane est rempli d’eau !!! 😱😱😱  La pouasse !!!
Comment faire ??!!
Je vois des pierres, je me dis que je vais m’en servir de point d’appui.
Premier pas, ça passe. Second pas, ça passe.
Troisième pas, la pierre roule, le pied glisse, je pars en arrière avec mon sac de 20kgs et je manque d’un rien de me retrouver le cul dans la flotte les 4 fers en l’air…

Finalement, je me rattrape comme je peux avec les bâtons, mais les 2 pieds finissent dans l’eau… trempés.
Mais ce n’est pas grave, je les mettrai au coin du feu comme chez Daniel Hue
Putain mais suis je bête… je vais dans une chapelle … Va faire du feu tient… C’est foutu… je vais me garder les pieds et surtout les chaussures trempées…
Quelle galère !!!

Pas grand chose du coup de plus à faire, la chapelle n’est pas loin… ça sent la fin !!! Je commence à avoir la fatigue malgré tout !! Vite que j’arrive.

Une intersection, je regarde mon gps. C’est par là. Par la… mais où ??? Il n’y a rien !!! Un passage de chèvres, et encore !!
Mais bon c’est ce qui est tracé, ça doit passer..

A pour passer ça va passer… mais bon sang de bois, qu’est ce que j’ai pu me maudire !!!
Je sais pas quel est le c.o.n qui a décidé de passer par la, mais si je le tient !!! ha ben c’est moi… mais quel c.o.n alors !!!
Même les chèvres n’y passe pas tellement c’est galère et dangereux !!!
Mais bon, je fini d’achever mon genoux, tant bien que mal, je sors derrière la chapelle, content d’y être arrivé.

Il est 20h !!!
J’aurai fait une sacrée journée au final.
J’ai donc gagné mon pari avec moi même. J’ai doublé ma journée…

Je passe devant la chapelle et vois un panneau indiquant : Sentier interdit, murs effondrés, risques de chute…
J’hallucine !!! Et il ne pouvait pas le dire en bas ça !!!! Grrrrrr tu m’étonnes que j’ai galéré et que même les chèvres n’y passe pas !!

Demain il peut pleuvoir toute la sainte journée, je suis à l’abri. Ça sera journée off. Repos.
Bon je ne sais pas encore ce que je vais faire..
Le réseau n’est pas terrible. J’ai pas de cartes… Encore moins de boules de pétanque.
Et pire que tout !!! J’ai pas de bières  ☹️☹️☹️
Mais j’ai mon livre !!! Alors je lirai…

Il est tard, j’ai les pieds trempés. Je vais me changer pendant que le repas se prépare.

L’expérience acquise lors de la nuit passée à la chapelle St Jean me rappelle que la nuit tous les chats sont gris… non rien à voir… me rappelle que la nuit, c’est humide même dans une chapelle !!
Donc cette fois, je pense à poser ma bâche de protection de tente sous mon matelas et sous mon sac.
Parfait. Je cale mon sac contre le matelas, ça me sert d’appui quand je me tourne la nuit et hop, c’est prêt !!

Le temps de répondre à vos messages, de manger, me voilà installé.
Je ferme quand même la porte, on sait jamais… il y a des chèvres pas commodes dans le coin et demain… C’est GRASSE MAT !!!!!

Réveil coupé, faut pas déconner

A demain… peut être 😁😁

24 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *